Icare__planche_VIII__Jazz

Matisse ne peut plus peindre, sa maladie le cloue au lit. Qu'importe! Pour réaliser son album Jazz, il invente une nouvelle façon de jouer avec les couleurs, sans peinture ni pinceaux!

Pour *Icare, planche VIII de l'album Jazz, il découpe une silhouette noire, qu'il colle sur une feuille d'un bleu outremer intense et profond: mer et ou ciel ? Cette technique a un avantage énorme: la netteté des tracés accentue les contrastes de couleur. Par sa simple présence, le personnage donne un sens à la feuille bleue qui sert de fond: c'est le ciel, avec ses six étoiles de forme et de taille inégales, découpées dans une feuille jaune, un jaune saturé et rayonnant. l'homme-oiseau plane, les bras déployés dans l'azur étoilé. Le jaune et le bleu sont si lumineux que, par contraste, la silhouette noire semble s'éloigner dans les profondeurs. Pour maintenir au premier plan, Matisse s'est une nouvelle fois servi des couleurs: la tache rouge vermillon, à la place du coeur, paraît crever la toile.

polyn_sie__le_ciel__Matisse_n_1

Polynésie, le ciel, 1946

papiers collés rehaussés de gouache et marouflés sur toile

Matisse n'arrête pas avec jazz de réaliser des papiers découpés. Certes, le procédé est au point, mais il veut maintenant en exploiter toutes les possibilités. Malgré ses 78 ans, le peintre a conservé la fraîcheur du regard qui lui permet de renouveler son langage plastique, jusque dans les derniers instants de sa vie. Ses oeuvres, mais aussi ses textes et ses nombreuses interviews, montrent un homme lucide, sensible et modeste, pour ne pas dire humble.

Polyn_sie__ciel__Matisse_n_2

Inspirés de son voyage à Tahiti, ces deux panneaux sont des cartons de tapisserie, destinés à la manufacture des Gobelins. Dans un univers en bleu et blanc, les algues côtoient les étoiles, les oiseaux volent près des poissons. Mais l'horizon, indiqué par de petits traits horizontaux, n'apparaît que dans la mer.

Aprés avoir recouvert de gouache des feuilles blances, Matisse les épingle autour de lui, sur les murs de son atelier. Son atelier se transforme lui-même en une toile immense. Il joue alors avec les couleurs et les formes, déplace ses créations jusqu'à ce qu'il trouve leur bon emplacement.


*Qui est Icare ? Selon la mythologie grecque, Icare est le fils de Dédale, l'architecte du fameux labyrinthe de Crète. En apprenant que des prisonniers se sont échappés du labyrinthe, le roi Minos punit Dédale et l'y emprisonne avec son fils; Pour s'enfuir, Dédale fabrique des ailes en cire.Avant de s'envoler, il recommande à Icare de ne pas monter trop haut. A la chaleur du soleil, la cire pourrait fondre... Une fois dans les airs, Icare se détachent, il tombe et se noie.