Num_riser0001

La vague, 1898 huile sur toile

Un tableau comme "la vague" fut peut-être un projet de décor mural ou de scène. A cette époque, Maillol, comme ses amis les Nabis, se passionne pour le théâtre. Il réalise des décors pour Lugné-Poe et les marionnettes de Maurice Bouchor. Inspirée d'une oeuvre de Gauguin, "la vague" représente un nu de dos sur le point d'être englouti par le tulmute des flots. Cette peinture transposée en tapisserie puis en sculpture est à l'origine de "la Méditerranée".

la_baigneuse_ou_la_vague

La baigneuse ou La vague , 1896- Tapisserie au point

La tentation d'abandonner pour un temps la peinture de chevalet pour le décor mural gagne Maillol de même que le groupe nabi. Maillol révolutionne l'art de la tapisserie qu'il considère comme la forme de peinture la plus accomplie. Son goût pour la qualité de la matière l'entraîne à utiliser des laines pures et des pigments naturels. Il fait venir la laine de Roumanie et court la montagne autour de Banyuls à la recherche de plantes pour les teintures. Cet art lui permet d'inventer un monde riche en images poètiques et de reprendre cette idée propre aux Nabis. Il se dégage de ses oeuvres une atmosphère intemporelle rappelant les vertus néo-platoniciennes qui mêlent sensualité et spiritualité, ouvrant l'imaginaire à la beauté du monde.