10 avril 2009

Aristide Maillol

Aristide Maillol- Le couple 1898- bronze Après le tumulteux génie de Rodin les meilleurs sculpteurs comprirent qu'ils ne pouvaient plus suivre cette voie, comme épuisée désormais. Les quelques-uns qui s'y hasardèrent périrent dans l'abîme, caricaturèrent son art dans une copie sans âme. Alors chacun chercha son propre chemin; à la tempête devait succéder le calme, à l'universalité l'originalité de la différence. Ainsi Camille Claudel, première femme sculpteur importante en France, sensible à l'extrême, tourmentée, créa un art... [Lire la suite]
Posté par christinea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 avril 2009

Auguste Rodin

Auguste Rodin. Le Penseur 1881-Bronze Carpeaux forma Jules Dalou qui travailla à Londres et à Paris et sculpta notamment la statue de la République pour la place de la Nation avant de consacrer ses vingt dernières années à modeler de petites esquisses des métiers d'une grande simplicité et très sensibles pour un éventuel monument aux ouvriers. Auguste Rodin avait espéré devenir l'élève de Carpeau, les circonstances ne s'y prêtèrent pas, mais son admiration pour le maître se retrouve dans certains sujets, "ugolin",... [Lire la suite]
Posté par christinea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 avril 2009

Henri Matisse - Raymond Duchamp

La spirale 1909 - Henri Matisse Hors de cette descendance directe les peintres poursuivirent au début du siècle leur exploration dans la sculpture. La sculpture africaine intéressait Maillol vieillissant, il lui enviait sa grande synthèse des formes, cette réduction à l'essentiel. Cette influence "barbare" comme celles des premiers siècles renouvela la fièvre artistique: les peintres commencèrent à sculpter des figurines "sauvages". Picasso réinventa un coq, un chat, une chèvre, un singe et même l'image... [Lire la suite]
Posté par christinea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 avril 2009

Edgar Degas

Edgar Degas Cheval au galop chevauché par le jockey 1879-1880 L'âge classique par un rationalisme tout-puissant avait divisé les genres: au sculpteur le volume, au peintre la couleur. Le XIX è siècle redécouvrant les pratiques du Moyen-âge et de la renaissance, permit aux sculpteurs de peindre, et, phénomène plus étrange, quelques peintres s'essayèrent à la sculpture. Daumier n'est pas le seul exemple. Géricault découvrit la forme en volume en réalisant des maquettes destinées à le guider dans l'étude de la lumière pour... [Lire la suite]
Posté par christinea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 avril 2009

Germaine Richier

Germaine Richier Don quichotte 1950-51 bronze Paris au début de ce siècle bouillonait d'une effervescence artistique qui attirait dans ce creuset tant les provinciaux que les étrangers. Germaine Richier apprit le métier avec Bourdelle mais son imaginaire plus fragile et trouble délivra des monstres étranges: l'enfer des sculpteurs romans ressurgissait dans le tragique XXè siècle. L'humanisme rayonnant était devenu irréaliste, artificiel et anachronique dans un monde où l'argent, l'outrance, la violence et la guerre... [Lire la suite]
Posté par christinea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 mars 2009

  ♥ PEINTRES IMPRESSIONNISTES ♥
Posté par christinea à 09:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 mars 2009

Portrait de l'artiste à Sainte-Pélagie (1872-1873) Le réalisme équivalait pour beaucoup d'écrivains et de critiques à " faire du vrai", en cherchant dans la réalité la principale source d'inspiration, car, comme l'affirmait Baudelaire, il fallait réagir contre " la peinture proprette, le joli, le niais, l'entortillé et aussi les prétentieuses rapinades, les fadeurs écoeurantes et les sucreries fondantes". Coucher de soleil sur le Lac Léman-1874 <<Le réel n'est pas la même chose que le... [Lire la suite]
Posté par christinea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mars 2009

Jo la belle Irlandaise -1866 Au sortir de prison, l'obstination et la raideur toujours plus grande de ses idées le contraignent à rester en marge de la vie artistique. En 1874, le "déboulonneur" est condamné à payer les frais de restauration de la colonne Vendôme. Toutes les oeuvres, tous les biens de l'atelier de la rue Hautefeuille sont confisqués et vendus aux enchères. Aigri, désabusé, incapable de faire face aux dépenses, Courbet part en Suisse et se réfugie à la Tour-de-Peilz, près de Vevey. La mer... [Lire la suite]
Posté par christinea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 mars 2009

femmes dans les blés- 1855 Après une série de voyages en Hollande et en Angleterre, il s'installe définitivement à Paris en 1848.Il fréquente les cafés, en particulier la brasserie Andler 28, rue Hautefeuille et côtoie de plus en plus la bohème parisienne. Deux ans plus tard, des réunions animés se tiennent sur la rive gauche, à quelques mètres de l'atelier de Courbet, au cours desquelles on discourt avec ardeur de la "nouvelle école" du Réalisme. La grotte Sarrazine 1864 En 1870 on lui offre la légion... [Lire la suite]
Posté par christinea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mars 2009

Repères biographiques de Gustave Courbet

Le château d'Ornans vers 1850 Gustave Courbet est né le 10 janvier 1818 à Ornans, petite bourgade située entre le Doubs et les Monts du Jura. " Républicain de naissance", comme il aimait se définir, il était issu d'une famille de citoyens aisés, orgueilleux de leurs traditions démocratiques. Ses premières années furent marquées par le climat de luttes politiques qui caractérisa cette époque: en 1831 eut lieu la célèbre insurrection des "canuts" de Lyon, suivie en 1833 de vagues de chômage et de répression.... [Lire la suite]
Posté par christinea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :