Le Réalisme

 

jardin, Notting Hill gate

Jardin, Notting Hill Gate, 1997

Lucian Freud

Le 8 Décembre 1922, Lucian Freud naît à Berlin de parents Juifs. Son père, Ernst Freud, est architecte. Il est le fils cadet de Sidmund Freud, père de la psychanalyse. Sa mère, Lucie, est la fille d'un négociant en céréales. Freud et sa famille s'installe en Grande-Bretagne. Ce sont des émigrés volontaires et non des réfugiés. Lucian est scolarisé à Darlington Hall dans le Devon, à Dane Court et à Bryanston dans le Dorset. En 1939, Freud suit à Londres les cours de l'école centrale de l'art de l'artisanat, puis ceux de l'école de peinture et de dessin d'East Anglia à Dedham, dirigée par Cedric Morris et Arthur Lett-Haines. Il obtient la nationalité britanique. Son grand-père Sigmund Freud meurt.

Les tableaux et eaux-fortes de son jardin constituent une grande partie de l'oeuvre de Freud, notamment en raison de sa passion pour Constable. A propos de cette oeuvre, Freud s'explique: " Au tout début, je pensais qu'il y aurait plus de zones sombres dans l'ombre, mais j'ai compris que je cherchais en y mettant comme je le fais presque toujours toutes les informations que je pouvais".

 

 

etude d'un tronc d'orme constable

John Constable

Etude d'un tronc d' orme, 1821 

Posté par christinea à 15:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Paul Gauguin-Paul Sérusier

paysannes bretonnes

Paul Gauguin

Paysannes Bretonnes 1894

Entre son premier et second et dernier voyage à Tahiti, Gauguin réside en France pendant deux ans, d'aout 1893 à juillet 1895. Ce sont les années d'un déraciné: il n'est pas Tahitien, mais n'est plus Français, sa famille à Copenhague qu'il saluera en 1893 pour la dernière fois, son entourage artistique en Bretagne, sa jeune compagne de ceylan. Les milieux cultivés de Paris, et surtout les symbolistes, l'accueillent, l'écoutent lire des fragments de "Noa Noa", visitent l'atelier de la rue Vercingétorix, qu'il a aménagé avec des objets exotiques brillants et grinçants, des vitraux polychromes. Mais la vie parisienne ne le sastifait pas, et en avril il est à nouveau en Bretagne, d'abord au Pouldu, puis à Pont-Aven, où ses passages précédents ont donné naissance à des recherches qui ont une vie autonome.

L'artiste retrouve en Bretagne sa Polynésie, un monde de sentiments jaillissants, les formes rudimentaires et simplifiées. Ses compositions forcent moins les plans de la perspective, mais éclatent de couleurs vibrantes, qui ont une résonnance interne: les deux paysannes Bretonnes, avec leur costume typique, sont des formes pures combinées, rouges et bleues. Gauguin semble ici expérimenter à nouveau la struture du couple, sur laquelle il avait déjà travaillé à Tahiti.

 

solitude

Paul Sérusier

Solitude 1891-1893

"Solitude", figure d'une jeune paysanne à l'expression méditative, mélancolique, enfermée dans un tableau resserré, sans ciel, uniquement composé de rochers et d'un pré. L'artiste utilise à nouveau la ligne ascendante pour fermer la vision, et en même temps la rendre plus complexe, tandis qu'il décrit la fillette aux mains trop grandes, aux vêtements trop lourds, avec des traits durs et marqués- comme sculptés.

Posté par christinea à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Paul gauguin

bonjour monsieur gauguin

Paul Gauguin

Bonjour Monsieur Gauguin,1889

En bas,à gauche, de son tableau , Gauguin écrit: "Bonjour Monsieur Gauguin". Plus de cent ans après sa formulation, ce titre fait encore sourire. Le titre choisi par Gauguin est une allusion ironique à ce patrimoine de valeurs et à ces nobles citations, mais l'artiste se représente dans un coin perdu de la campagne Bretonne, engoncé dans un manteau trop large et trop lourd, devant une barrière fermée et une paysanne qui ne semble pas pressée de le laisser passer. La scène porte la trace du climat convivial dans lequel la peinture a été conçue, comme décoration de la porte d'entrée de la Buvette de la plage, l'auberge dont Mary Henry était le propriétaire au Pouldu et dont Gauguin était l'hôte. Un tableau ironique qui se teinte pourtant d'un amer sarcasme, tournant même à la dérision si on l'interprète comme une sorte de dénonciation par l'artiste de son isolement, de l'incompréhension qui l'entoure, de sa difficulté à franchir le seuil de l'affirmation de sa propre peinture.

paul gauguin larrière de boisa b

 

Paul Gauguin

La barrière de Bois 1889

Gauguin travailla d'autres fois sur le thème formel de la barrière en bois, en insérant cette fois une figure de paysanne dans le fond; une vue que reprendra aussi, au même endroit Paul Sérusier , dans "la barrière fleurie". Les  deux artistes, le jeune Paul Sérusier, alors âgé de vingt-cinq ans, et le maître, qui en a presque vingt de plus, élaborent une forme géométrique régulière, déformée- la barrière de guingois. Mais alors que Serusier en fait une scène composée selon la perspective, suggérant un écho visuel entre les barreaux de la clôture et les troncs des arbres alignés le long de la maison dans le fond, Gauguin accentue les lignes courbes de façon chaotique, et pousse le seul arbre du second plan les autres ont disparu de sa représentation vers l'observateur. 

 

paul serusier la barrière

Paul Sérusier

La Barrière Fleurie, Le Pouldu 1889 

 

 

Posté par christinea à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Paul Gauguin - Emile Bernard

jeunes bretons au bain

Jeunes Bretons au bain

(La Baignade au moulin du bois d'Amour)

Paul Gauguin 1886

Cette baignade de jeunes enfants, près du moulin David, à Pont Aven, montre des surfaces translucides, plutôt rares pour le peintre, dans les corps resplendissants sous le soleil, et dans les éclaboussures de l'eau de la petite cascade qui descend de l'écluse, proche du moulin. Une scène champêtre, d'une jeunesse paresseusement abandonnée aux distractions estivales, qui évoque pourtant l'atmosphère d'une scène mythologique, de jeunes divinités d'un antique âge d'or.

Madeleine

Madeleine au Bois d'Amour ,1888

Emile Bernard

Un portrait de Madeleine, situé cette fois dans le bois d'Amour, près de Pont-Aven, reprend les tonalités bleues et mélancoliques de Gauguin. C'est son frère, Emile Bernard, qui représente la jeune fille, plongée dans une méditation solitaire, étendue dans une clairière. Une scène marquée par les verticales serrées des troncs d'arbres, auquel fait contrepoint le corps étendu de la jeune fille, un corp rigide, osseux, en parfaite fusion avec la nature, comme si elle était elle-même le tronc horizontal d'un arbre.

Benard passe à une transcription poètique, nocturne, symboliste- le bois dans lequel est étendue, presque ensevelie, Madeleine, est un bois sacré, un portrait qui semble presque annoncer le destin tragique de la jeune, qui épousera le peintre Charles Laval et mourra comme lui de tuberculose, six ans après l'exécution du tableau, un an avant la disparition de son mari.

 

Posté par christinea à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dolls_264

Posté par christinea à 15:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Bonne fête Aux MAMANS

bonne fête maman

Ma prunelle de mes yeux, mon Jérémi

" Maman, tu es comme le printemps, 

Aussi douce que la rose,

Quand tu t'énerves tu es comme piquante." Jérémi

Merci m'amour , je te promets de retirer ces épines qui font très mal et de te donner tout mon amour. 

Romain et Jérémi,

Mes chéris c'est à mon tour de vous offrir ce poème:

L'air est pour l'homme, 

ce que vous êtes pour moi;

Un besoin essentiel qui envahi mon coeur,

le gonfle,

et le maintien en vie.

Mes amours je vous aime.     

Posté par christinea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2012

Posté par christinea à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2012

Sur le chemin des impressionnistes

  Bords de Seine devant la Maison Fournaise,1864, Lucien Gilbert De cette embarcadère, une jolie toile tout simple a exécutée par Lucien Gilbert en 1894. L'artiste nous montre l'embarcadère au premier plan, le bras de la Seine, le pont ferroviaire et les coteaux boisés de Bougival en arrière-plan.  A côté de la Maison Fournaise, se dresse la bâtisse qui accueillit l'atelier de Derain et de Vlaminck de 1900 à 1907 ( Maison Levasseur). André Derain (qui est né à Chatou en 1880, mort à Chambourcy en 1954) et Maurice Vlaminck... [Lire la suite]
Posté par christinea à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2012

Le chemin des impressionnistes

Chemin des impressionnistes C'est ici que l'Ile a le mieux conservé ses caractéristiques naturelles qui en font un espace vert baigné d'eau et de lumière unique aux portes de l'aglomération parisienne, "le plus délicieux parc du monde" d'après Guy de Maupassant.Un parc de loisirs a été aménagé dans cette partie de l'Ile, dans lequel règne une ambiance très familiale notamment les week-ends (Parc des Impressionnistes). La bande de terre se rétrécit tellement qu'on a quasiment les pieds dans l'eau à droite et à gauche du chemin. On... [Lire la suite]
Posté par christinea à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 juin 2012

Le chemin des impressionnistes

Berges de Croissy Il y a comme un air de vacances sur ces berges lorsqu'elles sont fermées à la circulation automobile. On retrouve en quelque sorte l'ambiance de quiétude et de détente que nous ont transmise les Impressionnistes. Les beaux jours, il y a en effet beaucoup de promeneurs, de poussettes et de vélos sur ces berges. Le soleil se reflète dans le fleuve dont le calme est pertubé, de-ci de-là, par le passage d'une péniche. Ce n'est pas un hasard d'ailleurs si l'Impressionnisme prit naissance sur les bords de seine, Monet... [Lire la suite]
Posté par christinea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]