08 mai 2012

les danseuses de Degas

Petite Danseuse de quatorze ans ou grrande Danseuse habillée. Cire 1879-1881. Bronze fondu en 1932, satin, tulle, hauteur 98 cm. Musée d'Orsay, Paris En 1880, Degas provoque le scandale en présentant sa Petite Danseuse de quatorze ans à la cinquième exposition impressionniste. Une sculpture en scire, plus vraie que nature, d'un jeune petit rat au sourire narquois toise le visiteur. Non seulement le modèle présente un physique ingrat, mais Degas pousse le réalisme en l'habillant des pieds à la tête: un vrai corsage, un tutu en... [Lire la suite]
Posté par christinea à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 mai 2012

suite et fin des conquêtes de l'artiste

  Les femmes tiennent une place importante dans la vie du sculpteur, grand séducteur au regard noir, vif et pénétrant, petit et frêle mais d'une irrésistible puissance physique; il saura jusqu'au grand âge jouer de sa légende d'homme d'ailleurs, de l'ambiance étrange de ses ateliers, et de son existence quelque peu marginale. Ces dames,on les retrouve ici et là, transposées avec leur mystère dans le bronze ou la pierre, ou inspirant ses gouaches aux couleurs pâles, "la femme en bleu" ou la" femme aux cheveux verts", souvenirs de... [Lire la suite]
Posté par christinea à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 mai 2012

Constantin Brancusi

Le Miracle 1930/1932 marbre blanc "Miracle", en marbre blanc, de 1932, est suggéré à Brancusi, comme il le racontera, par l'histoire de Florence Homolka, la fille d'un de ses amis américains, qui, désespérée par un chagrin d'amour, était attirée par le suicide. Le sculpteur l'en a détournée en évoquant les plaisirs de la vie; plus tard, ayant plongée dans l'océan et se rappelant brusquement la leçon de son ami, elle s'est redressée et s'est élancée hors de l'eau en criant:<< Miracle! Je suis sauvée... >> L'élan de la... [Lire la suite]
Posté par christinea à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 mai 2012

Mademoiselle Pogany

Mademoiselle Pogany 1921 Epreuve aux sels d'argent Constantin Brancusi En 1912, Brancusi entreprend le portrait de Margit Pogany. Il a fait la connaissance de cette jeune peintre, fille d'un célèbre avocat hongrois d'origine roumaine, à Montparnasse en 1910. Elle expose au salon d'automne. Ils se lient aussitôt, se rencontrent souvent. Visitant son atelier, elle remarque que ses bustes ne sont "que des yeux". De décembre 1910, où il lui demande de poser pour son buste, à janvier 1911, où elle quitte Paris pour Lausanne, ils... [Lire la suite]
Posté par christinea à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 avril 2012

Constantin Brancusi

Le Baiser 1909 Pierre cimetière du Montparnasse, Paris Les corps enlacés sont accroupis face à face, genoux contre genoux, visage contre visage, dans une parfaite symétrie verticale de 89 centimètres de hauteur, est érigée en 1910 sur une stèle dominant la tombe d'une jeune étudiante russe anarchiste qui s'est suicidée par amour, Tania Rachevskaïa;elle se dresse au cimetière Montparnasse à Paris. La famille de cette defunte n'apprécia nullement cet étrange monument funéraire et proposa des changements, mais Brancusi passa outre,... [Lire la suite]
Posté par christinea à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 avril 2012

Suite et fin- Jean Baptiste Carpeaux

Mater Dolorosa Modèle 1869-1870 La "Mater Dolorosa" (finie) semble obtenue d'après l'esquisse dont la surface aurait été "lissé" en vue de la réalisation du marbre exposé au Salon de 1870. L'oeuvre est de dimension légèrement réduites, le travail du drapé a été repris et simplifié pour la transposition, et la larme se détache maintenant fortement sur le visage. La blancheur marmoréenne confère à ce buste une dramatisation thèâtrale, presque manièriste, absente de l'exquisse plus expressionniste. Carpeaux malade modèle:mai 1875... [Lire la suite]
Posté par christinea à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 avril 2012

Jean-Baptiste Carpeaux

La tendresse maternelle Modèle 1855-1870 F. Barbedienne découvre l'oeuvre dans l'atelier d'Auteuil en 1870. Il s'y intéresse mais la trouve de petites dimensions. Il projette d'en faire l'acquisition et de l'inclure dans ses catalogues "en toute propriété" à condition que Carpeaux collabore à un "agrandissement" et la retouche lui-même de sa main. L'artiste, qui a grandement besoin d'argent, accepte la proposition et vend la statuette pour la somme de 3000fr. "J'aimerai avoir de vous une oeuvre achevée qui soit l'expression de... [Lire la suite]
Posté par christinea à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 avril 2012

Sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux

L'Amour blessé modèle:1873 Lors d'un voyage avec sa mère en 1873, le fils aîné de Carpeaux eut l'épaule luxée par la portière. Comme l'enfant, alors âgé de trois ans, souffrait beaucoup, sa mère lui offrit une colombe pour le consoler. Le père est ému par la scène et le sculpteur y voit une allègorie de l'Amour blessé... Le Triomphe de Flore ou Flore modèle:1865 Le titre, souvent retenu pour "flore" provient du jugement de Napoléon III, venu rendre visite au sculpteur sur les échafaudages du chantier du nouveau Louvre, devant... [Lire la suite]
Posté par christinea à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 avril 2012

Jean-Baptiste Carpeaux

L'Amour désarmé modèle-1869-1870 Cette allégorie de l'amour désarmé, est réalisée d'après Melle Eugenie Fiocre, danseuse célèbre sous le second Empire,dont le nom est associé à de nombreux ballets, représentés à l'opera de 1863 à 1874:"Néméa, Faust, Coppélia, L'esclave". Protégée du Duc de Morny , il la fit connaître au cours d'un diner resté célèbre; elle est aussi l'amie de Carpeaux.En 1869, l'artiste modèle son buste; il est exposé en marbre au salon de 1870 où il remporte un grand succès, et séduit les frères Goncourt. ... [Lire la suite]
Posté par christinea à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 avril 2012

Suite Manolo Valdés

Caballero IV photographie Andrea Santolaya La ville prend à travers les sculptures de Manolo Valdés une sociologie d'amples possibilités.C'est le contraire de New York au pardessus abîmé, avec des personnages échangeant des regards chaleureux et stupéfaits. Ce cavalier sur sa monture a devant lui un essaim d'observateurs perpétuels. Des New Yorkais de l'intérieur. Ils donnent vie à la pièce en assumant sa présence comme le ferait un chroniqueur au plus fort d'une conversation en pleine rue, avec cette lucidité spirituelle. ... [Lire la suite]
Posté par christinea à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :